En attendant les jumeaux

 

(non non ce n'est pas un article sur le tricot contrairement à ce que pourraient laisser penser les photos).

 

 

On dit souvent que les grossesses gémellaires sont « à risques ».

Effectivement ça arrive, mais je voudrai commencer par dire pour celles qui attendent des jumeaux et qui s'inquiètent : dans mon entourage et mes copinautes il y a eu beaucoup de grossesses gémellaires qui se sont très bien passées, debout et jusqu'au bout !

 

Bon, pas la mienne étant donné que j'ai passé 2 mois alitée, quasi en totalité à l'hôpital, et que les garçons sont arrivés avec 1,5 mois d'avance.

Cependant j'en garde un bon souvenir de ma grossesse ! Aussi étrange que ça puisse paraître à certains, j'ai finalement plutôt bien vécus ces 2 mois. Alors je souhaite partager mon expérience car si elle peut aider au moins 1 future maman je serai contente:)

 

C'est au début de mon 6ème mois de grossesse que tout a basculé.

Les 5 premiers mois j'étais en forme, je sortais, j'ai préparé la chambre et la garde-robe des jujus et tout se passait très bien.

Début septembre, RDV pour un contrôle de routine, le premier à l'hôpital que j'ai choisi pour accoucher.

Le RDV se passe très bien, l'écho montre de beaux bébés qui ont bien poussé. Le bilan est très positif, tout se passe au mieux.

Mais au moment de partir, le médecin souhaite quand même vérifier le col. Et là... Tout s'accélère ! On est passé de « tout va très bien on se voit dans 1 mois » à « vous allez rester à l'hôpital pour MAP ». Je ne savais même pas ce que cela signifiait ! MAP c'est Menace d'Accouchement Prématuré.

 

Rien que le terme Menace est angoissant !

 

Sur le coup je n'ai pas vraiment réalisé, j'ai eu le droit de rentrer faire ma valise car rien ne nous y avait préparé. Mon homme a été très présent, il est resté avec moi à l'hôpital toute la soirée. Je ne réalisais toujours pas.

C'est la nuit venue que j'ai pris conscience de tout ce que voulait dire MAP, de ce que ça impliquait pour les enfants. Par chance, cette nuit là, la sage femme de garde était une perle. Elle m'a écoutée, rassurée et bien aidée à rester positive.

Tout au long de mon séjour je me suis répétée cette phrase qu'elle m'a dite « chaque journée passée ici est une journée gagnée pour vos enfants ! ».

J'ai tenu presque 2 mois ainsi, à compter chaque jour gagné pour mes fils.

 

Je ne suis pas la 1ère à qui ça arrive et sûrement pas la dernière, alors si ça peut aider au moins 1 maman de lire ces mots, je les écris avec plaisir et je partage ici ce qui m'a aidée :

  • Mon homme tout d'abord : présent au quotidien, il a su rester zen et répondre à tous mes besoins (alimentaires surtout car il ne fait pas bon être enceinte à l'hôpital... il y a de quoi déclencher 100 000 envies tellement les repas sont fades et frustrants).

  • La famille – belle-famille : les visites, les messages quotidiens, le soutient et surtout sans jamais douter ou tomber dans le mélodrame.

  • Les amis : les appels et passages à l'hôpital m'ont permis de garder un semblant de vie normale, un lien social sans lequel je n'arrive pas à vivre.

  • Les copinautes : Les filles du forum Jumeaux et Plus avec qui j'ai gardé le contact tout du long (et encore aujourd'hui). Mais aussi les sites comme maman-alitée.

  • Le tricot : On dit souvent que la grossesse donne envie de coudre / fabriquer / peindre /... Je n'ai pas échappé à la règle ! Le tricot m'a apporté un vrai plus :un objectif supplémentaire à chaque journée comme apprendre à faire des chaussons, puis des bonnets chats, puis les bonnets chats pour les juju de la copine, puis des doudous, des ponchos...

 

Ma maman a été un super prof de tricot et dealeur de laines.

En quelques semaines je commençais à vraiment me faire plaisir.

 

  • Les mandalas: pour passer mes nerfs quand je n'arrivais pas à faire ce que je voulais en tricot.

  • Les séries TV et livres parce qu'on ne peut pas toujours tricoter, surtout que la position est quand même pas top alors parfois passer en mode complètement allongée, poser le cerveau et regarder la télé c'est bien aussi !

  • Dormir ! D'abord parce que je suis une marmotte (je ne le répèterai jamais assez...), mais aussi car ça passe le temps mine de rien, que ça aide à récupérer et que ça prépare à la suite. Il est préférable de ne pas arriver épuisée à l'accouchement. Après je sais que tout le monde ne peut pas, comme moi, s'endormir partout, n'importe quand. Il est surtout important de ne pas se laisser gagner par le stress, qui ne fera qu'engendrer de la mauvaise fatigue et vous empêcher de récupérer. C'est plus facile à dire qu'à faire certes ! Quand je sentais monter le stress, j'en parlais avec les sages-femmes, là encore une équipe géniale, à l'écoute, qui savait trouver les mots. Elles m'ont convaincue de tous les méfaits du stress sur les bébés et sur mon utérus capricieux.

 

Le plus important pour moi était donc de me lever chaque matin en me disant : ce sera une journée de plus pour mes loulous et je vais tricoter ceci ou cela.

Chaque soir je me disais : c'est une journée de gagnée pour les loulous, depuis le début de cette aventure j'ai gagné x jours, on est en bonne voie !

 

Aujourd'hui quand je regarde leurs petites bouilles paisibles, quand ils me sourient, et même quand ils me réveillent à 3h du matin.. Et bien en fait, je n'y pense plus, je suis juste heureuse de les regarder. Ils sont là et vont bien, c'est le principal !

 

 

Je suis heureuse aussi d'avoir pu leur tricoter des affaires avec mes petites mains ! Je suis fière de pouvoir dire que leurs doudous ou leurs ponchos ont été faits par moi.

Je ne sais pas si j'aurai mis autant de cœur à les faire si je n'avais pas été coincée au lit... On ne saura jamais ;-)

 

Alors à toutes les futures mamans qui sont alitées : ça vaut vraiment le coup d'être patiente et de rester positive, bon courage !!!

 

 

 

Mymy-and-the-twins

Je suis une maman winneuse !
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Artzaita © Mymy-and-the-twins